Nos articles

Pour un amoureux de grands espaces sauvages il est des contrées qui provoquent l'imaginaire : les hauts plateaux de la cordillère des Andes en font partie et je suis donc parti explorer le nord de l'Argentine et la Bolivie durant 2 mois au début de l'hiver austral (mi juin à mi août). J'ai choisi cette période car elle offre généralement un ciel d'une grande pureté avec une fréquentation touristique limitée en raison des températures très froides sur l'altiplano. Pour le photographe, cette période est particulièrement propice car l'éclairage du soleil reste toujours oblique même en milieu de journée.

 

jpg ams01 2008

Le salar d'Arizaro en Argentine avec son cône volcanique parfait et l'étonnante douceur des couleurs malgré l'intensité du rayonnement solaire.

42 mm F/5,6 1/1000 200 ISO

ORGANISATION

Avant le départ, j'avais établi une liste des lieux que je voulais visiter en consultant des guides papier, des forums et des blogs de voyageurs et ainsi préparé un itinéraire prévisionnel sans définir à l'avance la durée de chaque étape. Ceci permet de conserver une grande souplesse une fois arrivés sur place pour tenir compte de la météo, des aléas des transports locaux, des coups de cœur ou, au contraire, des déceptions. Mon itinéraire a été composé en alternant découverte de vastes plateaux d'altitude quasi désertiques et visite de villes animées. Pour les déplacements, j'ai utilisé l'avion, quelques journées en voiture de location et principalement les bus locaux qui permettent de mieux appréhender les modes de vie des habitants.

 

jpg ams02 2008

Les lumières incroyables d'un coucher de soleil dans le sud Lipez bolivien à la fin d'une journée terne: une brève percée du soleil entre des nuages menaçants.

60 mm f/8 1/250 200 ISO

 

MATERIEL PHOTOGRAPHIQUE

Pour moi, le voyage rime aussi avec des journées de randonnée ce qui implique de transporter tout son matériel photographique dans son sac à dos. Dans ces conditions, on comprend rapidement que le poids est l'ennemi numéro1. Il faut aussi parfois jongler avec l'autonomie de ses équipements quand la prise de courant se fait rare dans certains lieux isolés. Ceci impose donc une sélection rigoureuse du matériel vraiment indispensable et, aussi, une pratique photographique « économe » pour ne pas se retrouver à court de batteries ou avec une carte mémoire saturée quand la scène à ne pas manquer se présente. Il est plutôt enrageant de ne pas pouvoir déclencher quand la lumière du soleil couchant vient juste colorer sublimement votre décor avant que la nuit ne l'efface...

Mon matériel « photographique » est donc limité au strict minimum : mon reflex APS/C avec un objectif 18/200 mm qui permet de varier les cadrages, un objectif 35 mm à grande ouverture pour les situations où la lumière vient vraiment à manquer, un filtre polarisant, un PC convertible en tablette avec écran de 10'' pour le tri et la sauvegarde des photos et des clés USB.

 

jpg ams03 2008

Une femme et son enfant qui se hâtent pour rentrer dans un village isolé à plus de 4000 m d'altitude dans une ambiance ventée glaciale.

44 mm f/8 1/800 200 ISO

 

 

PRISES DE VUE

J'ai conservé quelques vieilles habitudes tenaces héritées du siècle de la photo argentique qui m'évitent de mitrailler à tout va, ce qui me permet d'économiser les ressources et aussi pas mal de temps dans le tri de mes photos. Je souscris assez volontiers aux 4 conseils découverts sur ce blog : https://lesacados.com/4-raisons-de-ne-pas-prendre-de-photo-en-voyage

jpg ams04 2008

Potosi, ville de mineurs aux maisons colorées. Ses mines d'argent ont fait, un temps, la richesse des conquistadors

26 mm f/8 1/500 200 ISO

La principale difficulté dans les prises de vue au cours de ce type de voyage est liée à l'impossibilité de choisir ses heures de prise de vue. On se retrouve inévitablement frustré quand le paysage ou la scène de rue que vous imaginez se retrouve éblouie par un soleil en plein contre jour ou cachée par une ombre profonde. Il faut aussi évidemment être très attentif aux traditions et à la culture locales quand celles-ci considèrent que le photographe vole une partie de l'âme de la personne photographiée. Ce fut particulièrement palpable au cours de ce voyage : j'ai rengainé mon appareil à de nombreuses reprises car il a été extrêmement rare que les habitants rencontrés acceptent des photos.

Pour les paysages, j'ai cherché à traduire la fascination et le sentiment d'isolement profond procuré par ces espaces sans limite. La restitution des nuances subtiles de couleurs a également été un de mes objectifs.

jpg ams05 2008

L'ambiance festive de La Paz au milieu des défilés militaires et des fanfares assourdissantes.

112 mm f/8 1/200 200 ISO

SITES WEB

de nombreux conseils sur la photo en voyage: https://www.madame-oreille.com/blog-conseils-photo-voyage/

pour suivre la trajectoire du soleil dans le monde : https://app.photoephemeris.com/?ll=48.650509,-2.030387&dt=20181120212200%2B0100

mes albums de voyage: http://mjpgouret.free.fr/

 

Connexion

En ligne

Calendrier des évènements

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
Joomla templates by Joomlashine